Le masque est le message

Spectacle | 20$ prévente jusqu'au 22 mai, 25$ régulier
Le masque est le message
Le masque est le message
Faustwork Mask Theatre (Ontario)
Samedi le 30 Mai 2015 à at 14h00
Église de Saint Camille

Acclamé par le public il y a 4 ans, nous nous payons le plaisir de vous présenter à nouveau ce spectacle pour tous les âges qui égayera à coup sûr votre fin de semaine!

« Le masque est le message » utilise la comédie physique et des transformations masquées dans une série de sketches tantôt comiques, tantôt tendres, tantôt bizarres. Les demi-masques parlent, les masques pleins demeurent silencieux, avec un langage corporel convainquant et la grâce d’un danseur. L’auditoire est touché d’une façon qui échappe au cerveau pour aller droit au cœur…

« Le masque est le message » aborde les thèmes de la transformation personnelle et sociétale. Les caractères révèlent le trouble tragi-comique que l’humain rencontre quand il agit comme si la vie était simple et que les apparences n’étaient pas des leurres. La vie est un choix constant : nous décidons quelle face montrer et, dans notre myriade d’émotions, lesquelles révéler. Nous rions, nous pleurons… nous choisissons.

Faustwork Mask Theatre explore et célèbre l’art du masque. La compagnie charme les spectateurs de tous âge avec son style unique de synthèse théâtrale, de comédie physique, de musique, de danse et de poésie.

Rob Faust est le fondateur et directeur artistique de Faustwork. Natif de la Nouvelle-Orléans, Rob a travaillé avec le Pilobolus Dance Theater, Martha Clarke, Jules Feiffer, Mangrove et le Paul Winter Consort. Il a produit et créé six spectacles qui ont tourné jusqu’en Europe, Asie et Afrique. C’est également Rob qui conçoit et sculpte les masques utilisés dans les spectacles de la compagnie Faustwork. En bois, cuir, néoprène ou bronze, ses masques et sculptures sont d’abord destinés à la scène, mais, à l’occasion, ils peuvent être vus dans diverses galeries d’art.

Avec : Rob Faust

Procurez-vous vos billets ICI!

Crédit photo: Jean-Claude Ételain